Actualités

Expérimentation à grande échelle dans 5 zones pilotes

19 avril 2011 —

La France produit plus de 20 millions de tonnes de déchets ménagers par an et les volumes à gérer n’ont cessé de progresser depuis des décennies. Les enjeux sanitaires, sociaux et économiques sont gigantesques et ont bien été identifiés lors du Grenelle de l’Environnement.

Si des points de vue peuvent diverger sur « la meilleure façon » de traiter nos déchets, il est un point qui fait l’unanimité parmi les experts, les politiques et les associations : les comportements doivent évoluer ! Pour cela, outre des campagnes de sensibilisation grand public, des programmes d’éducation à destination des jeunes générations sont nécessaires.

C’est dans ce champ, l’éducation, que s’inscrit le programme Réduire mes déchets, nourrir la Terre. Ce dernier repose pour beaucoup sur des outils et actions proposés aux enseignants (primaire et collège) et à leurs formateurs ainsi qu’aux collectivités et associations selon une méthodologie éprouvée.

Après avoir développé, testé en classe et ajusté avec l’appui scientifique de l’ADEME une première version d’un guide d’activités pour professeur des écoles, l’association Passerelles.info mènera une expérimentation à grande échelle au cours de l’année scolaire 2011/2012.

Plus d’un millier d’acteurs, essentiellement des professeurs des écoles, mais également des formateurs, des animateurs issus de collectivités et associations etc. bénéficieront du guide d’activités et pour certains de formations à son utilisation.

Répartis, pour l’essentiel, dans 5 zones géographiques, en cours de détermination, les enseignants volontaires aborderont avec leurs élèves le tri sélectif, avant d’étudier la part biodégradable des déchets (biodéchets) et de découvrir l’intérêt écologique et économique du compostage comme du lombricompostage. Dans le même temps, des fiches d’activités pour professeurs de collège seront élaborées et testées.

L’évaluation prévue permettra de mesurer la participation effective des enseignants et de leurs élèves mais également leur adhésion à une démarche de projet menée en collaboration avec les animateurs issus de collectivités et/ou d’associations, la sensibilisation et les modifications de comportements des parents d’élèves. In fine, cette expérimentation doit permettre d’élaborer la stratégie à mettre en œuvre pour un déploiement sur l’ensemble du territoire national, en particulier de déterminer le type d’habitat et de contexte social dans lesquels le programme trouvera le plus de sens à se développer.